Glaucome

Bien que le glaucome se définisse comme une neuropathie optique dégénérative, notre seule cible thérapeutique actuellement disponible est l’abaissement de la pression intraoculaire. À ce jour, la Société européenne du glaucome recommande une stratégie graduée commençant par l’instauration d’un traitement médical par collyres hypotonisants, avec une escalade progressive puis un traitement chirurgical en cas d’échec du traitement médical, mais de nouvelles techniques mini-invasives se développent progressivement. Cet article a pour objectif de résumer l’intérêt et…

Connaître l’évolution naturelle d’un patient glaucomateux, mais aussi celle d’un sujet sain ou hypertone, sont des notions fondamentales, car elles nous permettent ­d’ élaborer notre stratégie thérapeutique et d’estimer le pronostic de la maladie . En effet, même au sein de ces 3 groupes, cette évolution naturelle n’est pas homogène . L’enjeu de notre suivi est de détecter les patients dont le pronostic visuel est menacé de handicap, afin d’optimiser une prise en charge individualisée et de déterminer la pression intraoculaire (PIO) cible .

L’identification des modifications et des lésions des différentes structures tissulaires lésées dans le glaucome, en particulier celles de la couche des fibres nerveuses rétiniennes (FNR) et de la couche des cellules ganglionnaires rétiniennes maculaires (GCC), est une composante essentielle du diagnostic et du suivi de la neuropathie. L’OCT-SD apporte aujourd’hui une quantification objective des lésions de ces structures cibles, avec une résolution sans précédent et une analyse de volumes plus importants des données acquises.  

Le glaucome est une neuropathie optique progressive qui entraîne des déficits structuraux et fonctionnels qui sont liés et méritent d’être corrélés pour éviter des erreurs d’interprétation. 

Le glaucome est une neuropathie optique progressive. Le traitement de première intention est très souvent un traitement médical sous forme de collyres hypotonisants donnés en monothérapie. Un suivi régulier est ensuite effectué, au minimum deux fois par an, qui consiste à vérifier l’absence de progression des déficits fonctionnels et structuraux, ou alors une progression compatible avec l’espérance de vie du patient et la sévérité de son glaucome.

Dernier dossier paru :

Comment suivre
un patient glaucomateux

Coordinateur : Florent Aptel

Orthoptistes, étudiants, etc.

à partir de
40
an
  • Abonnements comprenant 9 numéros des Cahiers d'Ophtalmologie
  • Consultation illimitée de tous les numéros sur le site